L'usine dite "Le Fourneau"

 

 

Ce fut d'abord une tannerie avec pilerie d'écorces, établie par Laurent-Alexis Pelletier, notaire impérial à Eclaron. Dans une demande adressée au Préfet, le 4 novembre 1811, il expose que "pour occuper une partie de sa nombreuse famille, il a établi à Eclaron, depuis plusieurs années une tannerie avec pilerie d'écorces. Cette pilerie existe aujourd'hui sur un courant dépendant des moulins d'Eclaron et est subordonnée, quant à l'eau, à cette principale usine, de manière qu'elle ne tourne pas pendant une bonne partie de l'année. Voulant parer à cet inconvénient, il désirerait transporter cette pilerie sur une propriété qui lui appartient dans le finage d'Eclaron et qui est traversée par le canal de la rivière d'Allichamps (à ne pas confondre avec la "neuve rivière" au bord de laquelle existait au 15° siècle un haut-fourneau et qui coule d'Allichamps à Sainte-Marie du Lac), de manière qu'il est propriétaire des deux bords sur une largeur de 32 mètres et demi, correspondant à 100 pieds, étendue plus que suffisante pour l'assiette de cet établissement qui ne manquerait d'eau dans aucun temps de l'année. Cette usine ne nuira à qui que ce soit : l'eau qui la fera tourner se rendra comme aujourd'hui aux moulins d'Eclaron. Il résultera au contraire, de cet établissement, une plus grande consommation d'écorces et de l'occupation pour les ouvriers et les voituriers du pays."


Le 2 mai de l'année suivante, il fut précisé que l'usine devait être bâtie sur la rive gauche de la rivière, sur la "pressante" qui, partant du moulin d'Eclaron, la suit jusqu'au village d'Allichamps. L'autorisation nécessaire fut accordée par arrêté préfectoral du 7 août 1812, approuvé le 27 octobre de la même année par le ministre de l'intérieur.


L'établissement ne tarda pas à s'agrandir.

Le 27 novembre 1815, Claude-Laurent Pelletier comme étant aux droits du sieur Laurent Alexis Pelletier son père, notaire royal à Eclaron, expose au préfet "que les entraves apportées au commerce par l'effet de la guerre a paru rendre cet établissement presque nul et voulait néanmoins tirer parti des dépenses qu'il avait occasionnées, l'exposant y a ajouté un moulin à grains. Ce nouvel établissement n'ayant pas nécessité une plus grande retenue d'eau que le premier, ne causant aucun désagrément aux propriétés adjacentes et ne pouvant produire qu'une concurrence avantageuse au public, ainsi qu'il résulte du certificat de messieurs les Maire et adjoints d'Eclaron, en date du 8 de ce mois, l'exposant a cru pouvoir le construire sans une nouvelle autorisation mais il demande que l'affaire soit régularisée.


Dans cet exposé, Claude-Laurent Pelletier n'avait pas omis de mentionner qu'il avait agi malgré l'opposition de Joseph-Nicolas Hû et de Barnabé Guérin, propriétaires des moulins d'Eclaron. Ils avaient en effet, prétendu que ce moulin "rendra les leurs presque nuls". Mais selon l'avis du Maire d'Eclaron, daté du 8 novembre 1815, mentionné par Claude-Laurent Pelletier "le moulin à grains est d'une grande utilité pour la commune, ayant été obligé de le mettre en réquisition pour subvenir à la nourriture des troupes alliées qui ont passé et séjourné dans la commune en grand nombre en ce dit bourg et communes avoisinantes et n'a pas demandé une plus forte tête d'eau que celle qui existait pour la maillerie."
Une nouvelle autorisation fut accordée par nouvel arrêté préfectoral en date du 31 août 1816, approuvé comme le précédent, par le ministre de l'intérieur, le 29 novembre 1816.


En fait, la paix rétablie, la tannerie et le moulin végétèrent. Plusieurs fois il fut en vente sans succès, jusqu'à ce que le duc d'Orléans et Mademoiselle d'Orléans, sa sœur, en fissent l'acquisition, peu après le 4 juin 1828. Monsieur de Broval, "secrétaire des commandements de leurs altesses royales" demande au préfet de la Haute-Marne l'autorisation de convertir en un haut-fourneau pour la fonte du fer, le moulin à farine que le prince et la princesse possèdent sur la rivière d'Allichamps. A cette requête, il ajoutait que leurs altesses royales "possèdent des forêts considérables dans lesquelles se trouvent et le minerai de fer en abondance et le combustible. Les besoins de l'industrie pour la consommation du fer sont aujourd'hui considérables et tendent tellement encore à s'accroître qu'une usine de plus ne peut former une concurrence nuisible à celles qui existent déjà."


Puis les administrateurs du duc d'Orléans se rendirent acquéreurs de toutes les propriétés qui bordent tant la rivière que le canal de jonction. Dès lors, n'ayant plus à opérer que sur leur terrain, d'autre part "n'ayant pas d'incertitude sur le succès de la demande" ils commencèrent, au cours de l'été de 1829, les divers travaux concernant la construction de l'usine. Le moulin fut donc démoli, en même temps qu'un haut-fourneau fut édifié sur la rive droite, avec bocard (machine à broyer les minerais avant traitements de ceux-ci. Ils étaient généralement constitués de plusieurs pilons munis de mentonnets soulevés par un arbre à came) et patouillot ou patouillet (appareil pour le lavage des minerais) à 1300 mètres en amont. Les forêts de Marnesse et du Der, toutes deux appartenant au duc d'Orléans, devaient fournir l'une le minerai, l'autre le combustible.


L'inauguration devait avoir lieu à la fin de juillet 1830. "Monseigneur le duc d'Orléans et sa sœur, Madame Adélaïde d'Orléans, avaient résolu de profiter de cette circonstance pour venir visiter leurs propriétés de Champagne."

Le maire d'Eclaron, informé des projets de leurs altesses royales, avait fait des préparatifs nombreux et fait élever un arc de triomphe afin de recevoir dignement "l'auguste famille qui a toujours comblé de ses bienfaits la commune d'Eclaron. Mais les évènements s'opposèrent à l'accomplissement de leur résolution." C'est alors, en effet, qu'éclata la Révolution de Juillet qui retint le duc d'Orléans dans la capitale et le porta sur le trône.


Lors d'une visite effectuée le 20 avril 1832 par l'Ingénieur des Ponts et Chaussées de Chaumont l'on envisagea la construction d'un deuxième haut-fourneau sur la rive gauche de la rivière, à l'emplacement de l'ancien moulin, mais le projet n'eût pas de suite. Après la mort du roi Louis-Philippe (1850), ses héritiers vendirent les biens qu'ils possédaient sur le territoire d'Eclaron, la forêt du Der et le Fourneau. Cet établissement fut acheté en 1854, par Monsieur Guyard, Maître de Forges à Saint-Dizier.


En 1862, Monsieur Noirot, directeur au compte de la famille Guyard, "sollicité depuis longtemps par une grande partie des communes d'Eclaron, Humbécourt et Allichamps" comme il l'écrit au Préfet le 12 avril, construisit une batterie à battre les grains.
Au cours du temps le haut-fourneau fut converti en fonderie. Vers 1880 elle occupait 70 ouvriers et fabriquait des pièces diverses et de la fumisterie. Deux roues hydrauliques de la force de 60 chevaux procuraient la force motrice dont elle avait besoin. La production était de 5 tonnes/jour. Cette fonderie fut en activité jusqu'en 1895, époque à laquelle elle fut vendue par Monsieur Pierre-Jules Guyard à Monsieur Paul Reybet, fabricant de meubles et Madame Céline-Hortense Winckler, son épouse, demeurant ensemble à Eclaron. Devenu propriété de Monsieur Reybet, la fonderie fut démolie et remplacée par une "Manufacture de Roues et Bois Cintrés" qui appartint ensuite à Monsieur Chaudron.
Cette date marque la fin de la sidérurgie éclaronnaise. Puis, en 1902, Monsieur Armide Briffoteaux s'en rendit acquéreur et, depuis, elle n'a cessé d'appartenir à sa famille. Décédé en 1912, il eut pour successeur son fils Joseph (décédé en 1941), puis ses petits-fils Messieurs Armide (décédé en 1970) et Henri Briffoteaux (décédé en 1987). Durant toute cette période, l'usine a pris une belle extension et fut constamment modernisée par ses propriétaires.

 

 

 

Dès qu'il en eut pris possession, Monsieur Armide Briffoteaux y installa l'électricité, force et lumière, puis en 1905, soit 20 ans avant que la commune en fût dotée, il lui proposa de l'en faire bénéficier. A la suite d'un incendie partiel, les bâtiments industriels édifiés en 1921 et en 1926 remplacèrent d'anciens locaux bâtis en bois et depuis, des constructions neuves ont peu à peu fait disparaître celles qui dataient du siècle précédent.

 

 

 

briff
briff


Après avoir été gérée par Monsieur Philippe Briffoteaux, L'usine s'appelle depuis le 25 octobre 2001 TECHNIPAL et fait partie du groupe PGS (Palette Gestion Service). Elle emploi 26 personnes.


Ce texte est en grande partie extrait de"Rues et maisons d'Eclaron" par H. de Baillon et de "la notice sur le village d'Eclaron" par le Vicomte Charles de Hédouville