Réfection du clocher

 

 

Au printemps 1960, devant la menace de sa chute, la flèche fut démontée.

Début 1960, lors d'une réunion-éclair du conseil municipal, le sort fut scellé et les relations entre la municipalité et les "Beaux Arts" quelques peu malmenées.

Les "Beaux Arts" avaient fait un devis de 34.000 Fr pour louer un échafaudage pendant un an en vue de faire une étude sur l'état du clocher, cette location de matériel devant être financée pour moitié par la commune.
Le conseil municipal refusa cette proposition, mais sous l'impulsion du dynamique Maire d'Eclaron (Monsieur Michel Marin) les événements n'en restèrent pas là.
Sur demande de la municipalité, un architecte de Saint-Dizier proposait un plan de démolition et de reconstruction d'un clocheton pour la somme de 7500 Fr. La municipalité faisait donc une économie d'environ 10.000 Fr la première année, sans tenir compte des frais des "Beaux Arts" et autres locations les années suivantes car, après l'étude de ceux-ci, le clocher présentait toujours le danger de s'écrouler. La décision de démontage fut donc prise, et une alliance efficace des entreprises PILLARD-VORIOT (la première pour la charpente, la deuxième pour la zinguerie) va permettre la reconstruction d'une nouvelle flèche "Michel Marin 1960".
Ces démontage, remontage et consolidation de la flèche où se situaient l'horloge et les cloches furent un tour de force de l'entreprise locale. Elle était peu expérimentée dans ce genre de travail et l'a cependant accompli avec beaucoup de courage et de calculs. Huit étages d'échafaudage ont été installés, dont les derniers pour ainsi dire dans le vide à 46 mètres de hauteur. Monsieur Jean Pillard a assuré la descente du coq. Ce dernier pèse 5.850 Kg et mesure 90 cm de large et 70 cm de haut et selon la tradition, il s'est promené dans toutes les rues du village ceint de l'écharpe tricolore. La croix de 200 Kg a été mise en attente à l'intérieur de la partie de clocher restante.

A l'issue de ces travaux le Maire a déclaré "Eclaron a prouvé qu'il pouvait se suffire, même pour la réalisation des plus audacieuses entreprises". (A l'attention de mon ami "Paul", ce fut certainement le premier acte de la "République libre d'Eclaron")

Pour avoir une idée des prix cités précédemment : 1 franc de 1960 vaut aujourd'hui 1.36597 euros (d'après l'INSEE). La devis initial des Beaux Arts était donc de 46442.98 euros

 

     
     
Jean PillardHubert MassonMario BardelleMaurice FranceMarcel ThiriotMichel Marin
     
 
Georges PillardMichel MarinSimardJean PillardMaurice FranceMario BardelleHubert MassonMarcel ThiriotJean-Michel Fillols
     
Michèle Pillard
     

 

4 novembre 2003

Le 4 novembre 2003, un rendez-vous de chantier concernant les travaux de l'église d'Eclaron a rassemblé notamment le directeur régional des Affaires culturelles, le sous-préfet de Saint-Dizier, le maire de la localité entouré des membres du conseil municipal et l'architecte en chef des monuments historiques et des entrepreneurs.
Une entreprise a mis en place les échafaudages à plusieurs niveaux pour réaliser la réfection du clocher.
Les premiers travaux consisteront à déposer la cloche, la flèche et le fût. Cette opération d'un coût de 1.5 millons d'euros permettra une belle rénovation du patrimoine local.
Le financement provient notamment de subventions de l'Etat, du Conseil régional et du conseil général.
Les travaux seront réalisés en 3 tranches dont deux sont déjà budgétées.
Toutefois les trois phases seront réalisées sans discontinuer. Les travaux dureront suivant les caprices du temps environ dix- huit mois.
Pour garantir la qualité des prestations, des compagnons participeront activement aux travaux de rénovation.

(article de l'Est Républicain)

   

 

Depuis le 14-03-2005 les travaux de réfection ont repris.
Toutes les poutres qui vont constituer le nouveau clocher sont remontées au-dessus des échaffaudages à l'aide d'une grue ayant une flèche de 80 mètres.
Toutes les photographies qui suivent sont l'oeuvre de Madame Brigitte REBOLLAR.

     
     
     
     

Après 45 ans d'attente le clocher est de retour.


Toutes les photographies qui suivent sont l'oeuvre de Madame Brigitte REBOLLAR.

     
     
     
Le 04 octobre 2005
     

 

 

En attendant le démontage complet des échafaudages, voici une photographie du nouveau coq qui est installé à la cîme du clocher.
A noter que celui-ci n'a pas eu la chance de son prédécesseur, il a été installé, sans respecter la tradition, directement sans faire le tour du village.

Cette tradition non respectée, serait due à un retard dans le chantier et bien sûr au prix de location des échafaudages. Dommage car pour un chantier qui devait durer 18 mois et qui est démarré depuis 3 ans, le tour du village de notre nouveau "CHANTECLER" n'aurait pas dû grèver beaucoup le budget. Ces petites traditions doivent passer très au dessus de la tête de nos amis des Beaux Arts.............

Mais nous ne pouvons pas douter que ceux-ci, en tant que maître d'oeuvre du chantier, vont faire tout ce qui est en leur pouvoir pour restituer l'ancien coq aux villageois.


Les Eclaronnais les en remercient par avance.

 

 

Suite et fin de cette réfection (novembre 2003 -avril 2007).

Les Eclaronnais sont heureux après 47 ans de tergiversations d'avoir retrouvé leur clocher dans sa forme originelle. Enfin presque, car l'horloge est partie. Les Beaux-Arts nous ont fait installer une "pendulette" sur le toit attenant.

Chacun appréciera en fonction de ses goûts ; pour ma part je ne vois plus l'heure en déjeunant le matin.....